samedi 22 juillet 2017

Agia Marina


Lundi dernier, 17 juillet, c'était fête dans toutes les églises de Grèce dédiées à sainte Marina, une des saintes les plus importantes du calendrier orthodoxe.
Sainte Marina (ou Marguerite d'Antioche de Pisidie) aurait vécu de 270 à 305 après J.-C.
Confiée à une nourrice, elle serait devenue chrétienne à son contact et aurait refusé de renier sa foi et d'épouser un gouverneur romain, Olybrius (qui n'était pas l'"Olybrius" qui donna son nom à l'expression!).
Malgré les sévices que lui fit subir ce dernier, elle refusa de renier sa foi. Elle terrassa même, selon la légende, le diable qui se présenta à elle sous forme de dragon alors qu'elle était en prison.
Ce miracle ayant été cause de nombreuses conversions, Sainte Marguerite d'Antioche (ou Marina) fut décapitée.

A Porto Rafti nous avons une belle église qui lui est consacrée. Elle fut construite en 1950 sur l'emplacement d'une église beaucoup plus ancienne  qui fut détruite vers 1700 par une incursion des pirates ou tout simplement par l'action conjuguée du vent et de la mer.



Ce sera ma participation à 24 Heures Photo.




Lundi le vent soufflait et le ciel était incertain. Mais il n'était pas question de ne pas participer à la fête et de ne pas visiter les nombreux stands qui s'étaient installés à proximité de l'église. J'ai été "raisonnable" et ne me suis laissée tenter que par un jeté de canapé en coton aux motifs... londoniens!

En préparant ce billet, je suis allée jeter un coup d'oeil sur ce que disait Wiki sur cette sainte. J'avais complètement oublié qu'elle était une des trois voix qui s'étaient adressé à Jeanne d'Arc. Je ne me souvenais que de Saint Michel!! Il est vrai que le temps de ma primaire est un peu... lointain!
J'ai trouvé sur Internet cette illustration qui était celle d'un livre d'histoire destiné en 1960 au cours élémentaire . Exactement l'année où je m'y trouvais!


Nous avons été une génération élevée au lait des légendes plus que de l'Histoire!


samedi 15 juillet 2017

14 JUILLET & 24 Heures Photo n°72


Bien sûr qu'Internet et les réseaux sociaux furent une des grandes révolutions du XXème siècle. Mais je reste toujours émerveillée par celle que représente aussi la télévision. Bien qu'elle soit officiellement née 20 ans avant moi et qu'elle me soit donc familière, elle me fascine encore, particulièrement lors des directs. Cette possibilité d'être chez soi et à des milliers de kilomètres au même moment!

Hier j'étais donc à Porto Rafti et à Paris au même moment pour suivre les festivités du 14 Juillet.
Le matin j'étais dans la tribune présidentielle et j'avais les Champs Elysées à mes pieds...



J'ai eu une pensée particulière pour mon grand-père paternel qui fit partie des appelés lors de la Première guerre mondiale. Il a connu ces véhicules et ces uniformes d'époque qui défilèrent hier pour commémorer le Centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis d'Amérique.







Mes chouchous restent chaque année les pompiers ...


... et puis bien sûr les "sulfureux" légionnaires...



Un moment d'émotion forte lors de l'hommage devant la tribune officielle aux victimes de l'attentat de Nice, un an jour pour jour après celui-ci.



Le soir venu, toujours bien calés dans notre fauteuil, c'était le feu d'articifice que nous pouvions admirer, toujours en direct!




Ma participation pour "24 Heures Photo" sera loin de ces images martiales et pétaradantes.
J'ai choisi un cliché fait le 13 Juillet dans le petit port de Palaia Fokaia, à une trentaine de kilomètres de Porto Rafti, sur la côte du Golfe  Saronique. Encore merci aux amis grâce auxquels nous avons passé une excellente soirée dans cet endroit magique!





Pour voir les photos des autres participants de la semaine, un petit clic ici.


samedi 8 juillet 2017

24 Heures Photo 71


Ni le vent assez fort ces derniers jours, ni la grosse chaleur du début de semaine n'ont trop dérangé nos vaillantes fleurs. Elles n'ont finalement qu'assez peu d'ancrage dans leurs pots ou leurs bacs. 
Mais elles s'adaptent et continuent de fleurir avec persévérance sur notre balcon. Même les roses.


Ce sera ma participation de la semaine aux "24 Heures Photo" de Patricia. 
Vous trouverez celle des autres participants ici.




Je souhaite de très belles vacances à tous nos jeunes et à tous leurs enseignants.




samedi 1 juillet 2017

C'est chaud ! "24 Heures Photo" n°70




Si vous êtes aujourd'hui sous la pluie, ne cherchez pas où est passée la canicule. Elle est en Grèce, du moins dans la région d'Athènes. 
Nous essayons donc de faire encore davantage attention aux chats qui vivent dans notre voisinage et viennent régulièrement nous faire un coucou sur la terrasse.
Ils ne disent pas non à un bon repas mais surtout sont heureux d'y trouver de l'eau fraîche. N'est-ce pas ma belle?




Vous trouverez la liste des autres photos de la semaine chez notre amie Patricia (clic).




Il a fait chaud aussi dans les coeurs cette semaine et c'est le temps des amourettes de vacances...

Une autre minette est donc venue faire un "petit bisou" à notre Rubens, tout content de pouvoir encore plaire à des jeunettes!

Mais qui vois-je? Un beau Bleu Russe?

Voyons de plus près?

Il est encore plus charmant que je ne l'imaginais!!!


Je lui vole vite  un petit baiser!!

Oh! J'en suis encore toute chose! Je reviendrai!



mercredi 28 juin 2017

En route pour Lesbos! Dernier jour



Nous sommes repartis de Skala Kaloni le matin du troisième jour, après un bon petit déjeuner partagé avec une petite minette.



Direction plein Est aujourd'hui! Une cinquantaine de kilomètres seulement jusqu'à Sigri, mais plus d'une heure de route car elle est comme presque partout à Lesbos en lacets.


Nous quittons notre hôtel au cadre verdoyant et les forêts d'oliviers de l'ouest de l'île pour un paysage complètement différent.






Il n'y a plus rien que les roches volcaniques et le bleu foncé de la mer Egée. Un type de paysage que j'affectionne particulièrement.
 Et voici Sigri et son château fort en bord de mer.


Nous sommes dans la région protégée du Parc de la Forêt pétrifiée. Il s'agit d'arbres, pour beaucoup des séquoias, recouverts par la cendre d'une éruption volcanique il y a plus de 20 millions d'années. Cette cendre pouvait avoir plusieurs centaines de mètres d'épaisseur. Dissoute par l'eau au fil du temps, elle va pénétrer avec d'autres sédiments et composants minéraux à l'intérieur des troncs. Debouts ou couchés, ces arbres sont devenus pierre!

 


Bien sûr ils sont dispersés sur un immense espace et il ne faut pas imaginer une forêt au sens classique du terme, avec des arbres serrés les uns contre les autres. Tous n'ont pas été victimes du phénomène de pétrification et ont disparu.

Le Musée d'Histoire Naturelle de Sigri, créé en 1994, permet de voir un certain nombre de ces arbres pétrifiés ainsi que d'autres  fossiles découverts dans la région.





Certains de ces arbres pétrifiés ont conservé l'apparence du bois, d'autres ont pris la couleur des sédiments.







Derrière le musée, un petit chemin mène à cette pieuvre géante, un tronc et ses racines laissés en place!


Après l'émotion éprouvée devant tant de merveilles et légèrement déshydratés car la climatisation du musée était en panne, nous avons pris le chemin d'Eressos.
Eressos est une cité qui aurait été habitée par les Pélasges au XIe siècle avant notre ère, puis conquise par les Ioniens et les Doriens. 
Elle est connue pour être la ville natale en -372 du philosophe Théophraste, un disciple d'Aristote et celle de la poétesse lyrique Sappho, en -650 environ.
De Sappho, on sait finalement assez peu de choses avec certitude car la plus grande partie de son oeuvre littéraire fut perdue. Mais une ode ardente dédiée à une amie et sa vie entourée de jeunes femmes ont laissé présupposer de son homosexualité. Vivant à Lesbos, on la caricatura en  les siècles suivants sous le patronyme de la  "Lesbienne".

Elle allait ainsi faire la fortune de ce petit village d'Eresos devenu un haut lieu du tourisme lesbien.
Un petit village très classique, avec ses petites rues, ses boutiques, son immense plage et ses tavernes.
Quant à Sappho, elle aimerait sans doute que les marchands du temple se servent un peu moins de son image.








Les statues de Théophraste et de Sappho vous accueillent sur la petite place de Skala Eressos, installées pratiquement côte à côte.



L'après-midi avançait et nous devions regagner Mytilène à l'autre extrémité de l'île. Nous l'avons fait par le chemin des écoliers en prenant le temps de nous arrêter pour photographier des lieux où ne poussaient que ... des pierres.



Au nord est de l'île,  une dernière halte au village de Madamados.


Réputé pour ses poteries, ce village est aussi un lieu de pèlerinage dans l'ancien monstère du Taxiarque (archange) saint Michel, saint patron de Lesbos.









Il ne nous restait plus qu'à regagner Mytilène en longeant la côte est, bien conscients que nous n'avions fait qu'une découverte  très partielle de tous les magnifiques endroits que recèle cette île.