samedi 16 septembre 2017

Châteaux et baignades

La semaine dernière nous avons pris la direction du Péloponnèse pour aller visiter deux belles cités, Pylos et Methoni. Toutes deux situées dans la région de la Messénie.
Notre premier point de chute  fut Pylos, à 300 km de Porto Rafti. Une belle autoroute jusqu'à Kalamata, puis la route nationale jusqu'à Pylos.


Pylos est une petite ville, nichée face à un magnifique baie où la mer ne s'engouffre que par trois ou quatre goulets. 



La baie est protégée par l'île de Sphacteria, très abrupte. Au centre de la baie, une île minuscule appelée "la Petite Tortue". Impossible de photographier l'ensemble de la baie tant elle est vaste. En voici juste un aperçu.




Même sur Internet,  je n'ai pas trouvé de photo montrant l'ensemble de la baie.


                                                                                                        Photo internet
Notre hôtel -que je vous recommande entre autres pour son petit déjeuner!- se trouve à l'entrée de Pylos et il offre une belle vue sur la mer comme sur le port et la ville.






Le site de Pylos était déjà habité à l'époque mycénienne (1400 à 1200 av. J.-C). 
L'histoire contemporaine a surtout retenu que c'est au large  de cette ville qu'eut lieu, le 20 octobre 1827, la bataille de Navarin, le nom de Pylos à cette époque.
De nos jours la ville la ville s'organise autour de son port et de sa grande place plantée d'immenses platanes.





Pylos est aussi une ville qui vit du tourisme. On peut y visiter deux châteaux, se prélasser sur de grandes plages de sable ou observer la vie d'une lagune et de ses oiseaux. 

Nous avons commencé l'après-midi par une baignade à Voïdokilia
"La baie de Voidokilia (traduction: «panse ou ventre de vache») semble être tracée avec un compas et ressemble ainsi à une lettre Omega géante. Deux promontoires rocheux définissent l'entrée de la baie, qui la protège ainsi du vent. Pour tout visiteur, cette plage d'une beauté exceptionnelle réunit tous les ingrédients qui vous invitent à la baignade et la balade: magie du lieu, lumière, sable fin et eau cristalline."



                                                                                                                    Photo internet






C'est à l'extrémité de cette plage que l'on peut emprunter le sentier très escarpé menant au château le plus ancien de Pylos, le Paliokastro.




 Ce château fut construit par les Francs au XIIIe siècle. Il ne reste plus rien du château mais les murs et les tours extérieurs sont bien conservés.






On dit que depuis les tours du Paliokastro on peut voir la nuit par temps clair les lumières de Malte. Nous n'avons pas vérifié!

Adossée à la plage de Voidokilia, c'est la grande lacune de Gialova. De notre observatoire, nous n'avons guère vu d'oiseaux ce jour là. Excepté ce groupe de flamants roses.







J'ai même réussi à saisir le seul flamant qui a bien voulu s'envoler et j'en suis fière car il était loin de nous et pas facile à zoomer.



Il faisait bien chaud ce jour là et une seconde baignade à l'heure où le soleil se couche fut la bienvenue. Ce fut sur la plage de Romanos, une plage mêlant sable fin et rochers.




La Messénie est vraiment un endroit à choisir si vous aimez les belles plages. Voyez plutôt ici.

Mais Pylos offre aussi de belles visites culturelles comme celle de son Niokastro (le Nouveau Château).





Il est installé sur un promontoire et surveille l'entrée de la baie. Il fut construit par les Turcs et achevé en 1573. D'un périmètre d'un peu plus de 500, la forteresse est de forme hexagonale.


                                                                                                       
                                                                                                                                                                       

                                     On monte sur les remparts supérieurs par cet escalier et la vue est juste magnifique.                                                                       
                                                                                                                                                                 



                                         
Depuis le rempart, on voit dans la cour du château une église et quelques dépendances. A l'origine cette église était une mosquée. Elle a changé à plusieurs reprises  d'affectation, au gré de la religion des possesseurs du château...







Dans la cour principale, ancres et boulets nous rappellent la bataille de Navarin.



Il y a également dans l'enceinte du château un musée, pas très grand, mais moderne et très interessant. Il regroupe des objets trouvés dans la baie de Pylos ou dans des sites voisins de la ville et datant de la période mycénienne à la période romaine.

J'ai beaucoup aimé cette baignoire qui fait environ 1,20m. J'imagine la dame qui devait avoir plaisir à s'y prélasser...



... avant qu'elle ne se prépare et choisisse son collier... 




Comment ne pas trouver émouvantes ces noisettes retrouvées pratiquement intactes dans un bateau englouti?


Après tant de découvertes, nous avions bien mérité notre pause nocturne sous les énormes platanes de la place principale de Pylos.



Youpi, depuis hier j'ai à nouveau un ordi et ne serai plus obligée d'user mes yeux sur le smartphone! Je pourrai aussi retrouver le chemin des commentaires sur vos blogs!


samedi 2 septembre 2017

Un phénomène? 24 Heure photo 78


Je connaissais les chats à poils longs, mi-longs, courts, voire sans poils! Mais le pelage était de même nature sur tout le corps.
Or voilà qu'à Porto Rafti nous avons un petit copain -assez craintif mais qui sait venir réclamer sa pitance- dont le pelage est de longueur très inégale. 
Le plus étrange est que de la taille à la tête son poil est court à mi-long, alors aue de la taille à la queue son poil est long!

Ce chat est sûrement le croisement d'un chat à poils longs et d'un autre à poils courts. Jusque là, rien de bien bizarre. Mais je m'imaginais que d'un tel croisement naissait un chat "uniforme", quelle que soit la longueur de son pelage.
Sans doute, en fille des villes, n'avais-je pas vu assez de chats dits libres!




Ma photo n'est pas excellente car ce chat ne se laisse pas trop approcher. Mais je crois que l'on voit bien la différence de pelage si l'on regarde sa taille.

Pour voir les autres photos de la semaine chez Patricia, un petit clic ici.


Ne soyez pas fâchés si je ne visite pas vos blogs régulièrement où si mes commentaires sont plus rares, notamment chez les amis qui sont chez Blogger.

En effet depuis une dizaine de jours je n'ai plus d'ordinateur. Mon unité centrale toute neuve a dû repartir à l'usine, s'étant arrêtée de fonctionner subitement.
Je me suis rabattue sur un laptop de secours mais dont le clavier est en QWERTY, ce qui m'oblige à chercher les caractères français à l'aveugle. Je ne suis donc ni très rapide, ni très performante.

Comme si cela ne suffisait pas, alors que je peux laisser des commentaires chez tous les autres fournisseurs, Blogger me refuse tout commentaire sous mon identité, mais même comme ... anonyme.
Alors je commente chez les amis de Blogger comme je le peux,  depuis mon...smartphone qui lui me reconnaît toujours! Mais c'est un peu la galère!!!
Je vous remercie donc de votre bienveillance et de votre patience jusqu'à ce que je récupère mon ordi et que tout rentre dans l'ordre.



samedi 26 août 2017

24 Heures Photo! 77


Même si l'an dernier nous n'habitions pas encore à Porto Rafti, nous étions venus y passer nos vacances d'été. La plage que nous fréquentions le plus assidûment nous offrait à chaque fois le spectacle d'un couple de cygnes qu'accompagnait dans tous leurs déplacements un adorable petit canard visiblement adopté. 
Je vous avais d'ailleurs mis à l'époque la photo de cette charmante famille.


Cette année les parents cygnes sont toujours fidèles à leur plage. Le fait que la municipalité les y nourrit régulièrement n'est d'ailleurs sûrement pas étranger à celà!!
Nous avons aussi cherché des yeux notre petit canard. Car  ils étaient toujours bien trois à se pavaner sur la plage et à se baigner ensemble.





Mais si les parents jouent toujours leur rôle et si la petite troupe défile toujours dans le même ordre, plus de petit canard!
Un jeune cygne a pris sa place cette année.

J'espère juste qu'un sort heureux a été réservé au canard et que, devenu adulte, il est allé fonder à son tour une jolie famille!


samedi 19 août 2017

24 Heures Photo 76

Une semaine paisible passée à Porto Rafti, une semaine encore assez ventée mais sans chaleur excessive, appelait une photo paisible.
Je l'ai prise hier en toute fin d'après-midi.


Pour voir les autres photos des aminautes de Patricia, un petit clic ici.




dimanche 13 août 2017

"24 Heures Photo" 75


Alors que Patricia fête la centième photo de notre rencontre hebdomadaire, j'accuse un certain ...retard. Mais l'essentiel n'est-il pas dans la persévérance, même incomplète? De plus, notre cliché de la semaine écoulée, nous devons le publier le samedi. Oui mais voilà, ma photo de cette semaine, je l'ai justement faite... samedi soir. Alors cette semaine ce sera pour moi "24 Heures Retard"!

Notre petite "communauté" est heureusement bienveillante et beaucoup d'entre vous profitent du grand viaduc du 15 août. Aussi tous mes retards accumulés risquent bien de passer inaperçus. Une chance!

Ma photo sera un coucher de soleil admiré hier soir depuis la station balnéaire de Saronida, en Grèce.
Bâtie sur une colline, cette petite ville offre un beau point de vue à l'heure où le soleil se couche et où les barques des pêcheurs ne sont plus que  fourmis piquetant la surface de la mer






lundi 7 août 2017

Sylvanès en Aveyron

De passage à Toulouse pour une semaine, j'ai eu la chance, hier dimanche, de visiter l'abbaye de Sylvanès et d'y assister à un concert.
Sylvanès est un tout petit village du sud de l'Aveyron, à deux heures et demie de Toulouse. 



Situé dans un vallon très boisé, il tire probablement son nom de son environnement, "silva" désignant la "forêt" en latin.  
 
                                                                                                                                                                                                   Photo Internet


Si ce village fait partie des lieux touristiques de la région Occitanie, il le doit à son abbaye et à son festival de musique qui fête cette année ses 40 ans.

L'Abbaye de Sylvanès fut fondée en 1136 par Pons de l'Héras. 



C'était un hobereau cévenol qui durant de nombreuses années se livra au brigandage. Touché par la foi pour une raison qui reste inconnue, il partit, en guise de pénitence, accomplir le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle avec six de ses compagnons.
A leur retour, ils s'installèrent ensemble au lieu dit Sylvanès et y érigèrent une abbaye rattachée à l'ordre des Cisterciens.

Cette abbaye fut très prospère durant un siècle et demi pour connaître ensuite le déclin et un abandon définitif à la Révolution. Il ne subsiste aujourd'hui que l'église et une aile du cloître.






C'est en 1975 que furent entrepris des travaux de restauration sous l'impulsion d'un moine dominicain, compositeur de musique sacrée, André Gouzes
Le but était de dédier le site à la culture et plus particulièrement à la musique. Le festival d'été est la manifestation phare de l'abbaye de Sylvanès mais les rencontres culturelles, les stages vocaux, les ateliers scolaires et autres activités ont lieu durant toute l'année.

Hier nous avons assisté à un concert de musique polyphonique sous les belles voûtes de l'église.



Au programme le Choeur de la Société Philharmonique de Saint-Pétersbourg et Jean-Paul Poletti et le Choeur d'Hommes de Sartène.
Deux heures merveilleuses avec ces artistes de grand talent. Je n'ai pas pu prendre de bonnes photos mais voici tout de même un souvenir de ce concert.




Après un dîner pris à l'intérieur de l'abbaye, dans ce qui était le scriptorium au Moyen-Age...


... nous sommes allés à la tombée du jour à 3 km de Sylvanès voir une "curiosité", une église orthodoxe russe tout en bois et sans aucun clou. Pour connaître la raison de cette étrange présence, un petit clic ici.

Le site est impressionnant.

                                                                                                                    Photo Internet





La construction aussi!






Cette église a fait 5000 km en train pour arriver dans l'Aveyron. Mais elle est née dans l'île de Kiji. Elle y a laissé ces soeurs (clic).
Nous n'avons pas pu voir l'intérieur de l'église car elle ferme à 18h. Mais j'ai trouvé ces photos sur Internet.